Choisir d’être une femme au foyer

In: Discussions, Parlons-en

Nous vivons au siècle de l’instruction, de l’entrepreneuriat et des nouvelles technologies. Plusieurs de nos pays Africains qui depuis plus de 50 ans se débattent pour sortir de la pauvreté, ont vu leurs populations prôner l’instruction avant tout, car nous croyons tous qu’une personne instruite a plus de chances de se construire un meilleur avenir, qu’une personne qui ne l’est pas. Les femmes ont éduqué leurs filles en leur inculquant des valeurs intellectuelles dont elles n’ont pas forcement profité elles-mêmes…

A l’époque de nos mères, les femmes se mariaient tôt, alors qu’elles étaient encore au lycée ou en début de carrière universitaire. Qui dit mariage, dit famille… Après l’arrivée du premier, du deuxième, puis du troisième enfant… ainsi de suite, elles se sont souvent consacrées à l’éducation de leurs enfants et à l’entretient du foyer, se retrouvant financièrement dépendante de leur époux: chose normale, puisque mariés, ils ne font plus qu’un devant Dieu… Pour certaines d’entre ces femmes, cela avait un prix, dont elles étaient loin de se douter…

Bien que bon nombres de ces femmes aient eu un mariage heureux, un groupe considérable d’entre elles n’ont malheureusement pas été aussi comblées, puisque les problèmes dans leur foyer les obligeaient à un moment ou un autre, à prendre la douloureuse et pénible décision de partir, de quitter leur foyer, sans rien… Ou alors, elles se retrouvaient simplement répudiées par leur mari. Tout ce qu’elles avaient construit au fil des années, tous les efforts, les sacrifices et l’énergie investis, se voyaient détruits… Mais qui l’aurait cru ? Ces choses n’étaient nullement à prévoir ! Mais elles ont dû assumer les conséquences de l’échec de leur foyer.

Il est vrai que quelques soient les problèmes qui surviennent dans le foyer, les torts sont toujours partagés entre les deux conjoints. Mais, la façon de gérer ces problèmes font toute la différence. Et lorsque deux personnes en viennent à se séparer après plusieurs années de mariage, on peut croire qu’ils ont tous deux droit à une part égale de leurs biens, vu le temps, les émotions et l’énergie investie à deux dans la relation. Or, la réalité est tout autre ! Nous connaissons tous au moins une femme qui a vécu cette histoire. Et pour cette raison, de nos jours, les jeunes femmes sont encouragées par leurs parents, à être financièrement indépendantes de leur époux, au cas où elles seraient amenées à traverser le même type de situations. Faut-il donc être fataliste? Non, pas du tout ! Mais prudente peut-être? Oui !

Cela dit, ce qu’a vécu l’une ne détermine pas ce que vivra sa fille… La vérité, c’est que nous nous lançons toutes dans le mariage avec beaucoup de foi : foi en Dieu pour certaines, foi en soi pour d’autre, foi en l’autre ou encore foi en l’Amour… Nous restons optimistes et confiantes que les choses iront bien et que celui qui nous aime aujourd’hui, ne nous blessera pas intentionnellement, quelques soient les difficultés traversées. Cette noble attitude, encoure des risques. Sommes-nous prêtes à les assumer ? S’il y a bien une chose à considérer dans tout cela, ce sont les circonstances qui entourent le mariage et ses motivations du départ: les risques d’échec sont énormes lorsque le départ est faussé.

La décision d’être ou de devenir une femme au foyer, doit découler de longues réflexions et de discussions clés entre conjoints. Elle ne concerne que ceux-ci et même si elle peut être critiquée (positivement ou négativement) par l’entourage ou la famille élargie, elle ne dépend en rien de leurs opinions diverses. Lorsqu’une femme décide de faire de l’éducation de ses enfants et de sa présence (au quotidien) auprès de sa famille, sa priorité, elle n’en est pas moins intelligente ou intellectuellement handicapée pour autant. Comme toute décision affectant le foyer, celle-ci doit être réfléchie et planifiée adéquatement. Une femme bien avisée reste prudente, tout en respectant les engagements pris avec son conjoint pour le bien de leur famille. Certaines choisissent d’être au foyer et de s’adonner en même temps à une activité lucrative, d’autres préfèrent se focaliser sur les besoins de leur famille uniquement…  Quoiqu’il en soit, une femme bien avisée est une femme sage et le pilier de son foyer. Soyez encouragées et fières d’être mères au foyer si tel a été votre choix. Chacun sa vie et son appel !

« Qui peut trouver une femme vertueuse? … Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue. Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse. » (Proverbes 31:26-27)


Lou

Je suis une épouse tout simplement, et non une experte! Mon pilier : ma foi. Je suis mariée depuis plus d'une douzaine d'années et mère de trois enfants. J’ai été élevée dans une famille chrétienne, cependant je choisis à l’adolescence de vivre pleinement ma foi. Je me considère chrétienne d’identité et non d’étiquette. Plutôt joviale de tempérament, je suis une grande optimiste! Je n’ai pas de mal à exprimer mon opinion sur diverses questions. Et je suis passionnée par tout ce qui tourne autour du theme conjugal. Je me considère épanouie dans mon ménage et je suis consciente que c'est une grace. Je réalise l’importance du rôle de la femme dans le foyer, mais aussi auprès de son homme, en tant qu'aide, selon le plan de Dieu... et surtout dans lit conjugale. Je m’inspire de principes Bibliques pour aider et guider d'autres personnes mariées qui auraient besoin d'encouragements. Embarquez avec moi dans cette aventure qu'est Le Boudoir de Lou!